albatruc-kyoto

 

Bonjour à toutes et à tous. Si vous êtes arrivés sur wakarimasen, c’est soit par hasard, soit parce que vous me connaissez.
Si c’est par hasard, je tiens à me présenter afin que vous sachiez dans quel monde vous venez d’entrer.

Je m’appelle albatruc, ou kévin si vous préférez mon vrai prénom. En 2015, j’ai eu 31 ans et j’ai lancé wakarimasen en 2012 lorsque j’ai quitté mon travail d’infographiste print dans une agence de communication. Après 7 ans de bon et loyaux service, j’ai senti que je commençais à tourner en rond professionnellement mais aussi dans ma vie en générale.

Depuis 2007, j’avais effectué 4 voyages au japon et un en Corée du sud et, chose tout à fait normale, je suis tombé amoureux du Japon. Il faut dire que le terrain était propice au coup de foudre, enfant de la génération club dorothé et Dragon ball que je suis.
Le Japon a toujours été quelque part dans ma vie, parfois sans en avoir conscience. Au fil des années, il a bien fallu se rendre à l’évidence, il fallait que je visite ce pays et au diable le fait de ne pas parler japonais.

En 2012 donc, je quitte tous, demande un visa vacance-travail et avec de grosses économies et beaucoup de stress, je suis parti en octobre pour vivre l’aventure. Du stress oui car je suis quelqu’un de timide, un peu casanier et qui n’aime pas trop les changement de dernière minute. Enfin, ça, c’était avant de partir.

Pendant cette année, j’ai beaucoup voyagé, avec des étapes de plusieurs semaines à plusieurs mois dans des régions différentes du Japon, en profitant de toutes les saisons, de tous les climats (enfin presque, j’ai pas eu de neige) et avec une seule question en tête : est-ce que je profite assez ?

J’ai rencontré des gens, japonais ou français mais comme je l’ai dit, je suis timide. Je l’étais beaucoup plus que maintenant donc je suis passé à côté de beaucoup de chose d’un point de vue humain. Je me suis rattrapé par la suite.

 

albatruc-tokyo

 

Une aventure d’un an comme ça, c’est unique dans une vie. Enfin, la plupart du temps. Je ne voulais pas compter sur ma simple mémoire pour revivre tout ces moments. Alors j’ai fait le choix, pendant 12 mois, d’écrire un article tous les deux jours sur les choses que j’avais vu, les moments du quotidien, sur mes observations, mes réflexions, mes déceptions parfois, bref sur ma vie au japon, ma vie sans parler japonais.

Après tout je suis un homme lambda, et tout le monde pourrait être à ma place à vivre les même choses. Si je peux essuyer les plâtres et parler sans langue de bois, j’étais certain que mon expérience serait profitable au plus grand nombre. Et ce fut le cas.

De nombreuses personnes m’ont suivi, m’ont remercié, m’ont demandé de l’aide ou des conseils. Certaines ont aussi fait un Working holiday sur mes conseils, j’ai rencontré certains d’entre vous et ça a toujours été de super moments. Je me suis fait de vrais amis grâce à Wakarimasen et indirectement, j’ai aussi rencontré ma futur femme.

Wakarimasen, c’est l’histoire d’un mec qui voulait du changement dans sa vie et qui a fait les choix qui s’imposait. Wakarimasen, c’est ma vie depuis 2012, c’est 3 ans de quotidien au japon, en france et ailleirs, plein de fautes d’orthographe et d’humour au ras de pâquerettes.
Wakarimasen, c’est moi et mon histoire.

 

albatruc-jiufen