Le japon, c’est de la merde.

Classé dans : (Parenthèse) | 18

Voila, c’est dit. Je ne pouvais plus garder ça pour moi. En toute honnêteté, la première fois que j’y suis allé en 2007, je ne le savais pas. C’était une époque obscure où les vérités étaient cachées par le voile du complot de masse. Garder les gens dans l’ignorance afin qu’ils viennent dépenser leur pécule dans des pays tous plus nul les uns que les autres. Bien sur, ils s’en rendent compte, une fois sur place. Mais c’est trop tard, le mal est fait.

Moi, j’étais le meilleur agent de ce systeme bien rodé. Les mangas, les jeux vidéos et toutes ces conneries, j’étais client. J’en mangeais, c’était bon. J’en redemandais même. Je me faisais VRP de ce systeme perverti. Je parlais de cette passion, comme une sorte de tenia rampant dans l’intestin mental de mes proches amis. A tel point que j’en ai ramené deux avec moi en cette année tragique.

Dès le début, on a bien vu qu’on s’était fait niqué. Le japon des reportages n’était qu’un écran de fumé.  Où étaient les viols, les suicides et autres déviances ? Où étaient les tunnels où l’on pouvait acheter une ado mineure contre un sac à main Vuitton ?

Je me souviendrai toujours des premiers mots échangés dans le car nous éloignant de l’aéroport.

– « c’est vraiment dépaysant.
-« Ba nan, c’est pas des paysans ! »

Faut pas m’en vouloir. Après avoir jeter par la fenêtre quelques milliers d’euros, je commençais déjà un lourd travail d’auto-persuasion. Nan je japon, c’est bien en fait, c’est pas possible autrement. On a pas pu se faire avoir comme ça.

C’était inconcevable un pays pareil, aussi nul ! Les gens gentils et polis, c’est nul. La propreté générale, c’est nul. Les transport au top, c’est nul. Les combinis, c’est nul. Les temples, c’est nul. Akiba, shibuya, shinjuku, roppongi, ueno, harajuku, c’est super nul. A la limite, la seule chose de bien, c’était les 35 ° C à l’ombre. Ca oui, on a vraiment aimé. Mais le reste, y’avait rien à sauver.

Vous imaginez dans quel état on pouvait se trouver ? Comment vous auriez réagi à notre place ? Vous auriez fait comme nous. Vous auriez nié l’évidence et menti à tout le monde en disant que c’était génial. On ne peut décemment pas avouer à ses proches qu’on s’est fait berner en beauté. On est humain, on a un minimum d’amour propre.

Mais la, on a mal négocié notre coup. On a été trop convainquant. Les proches, collègues et amis en demandaient plus du coup. Plus de Japon qui parait tellement génial, de nouvelles villes et de nouveaux paysages. On était coincé. On a pas eu d’autre choix que d’y retourner en 2008.

C’était comme retourner en prison après une libération d’un an. La mine basse, on savait ce qui nous attendait. On ne le savait que trop bien. Mais les attentes étaient grandes, le challenge plus ardu. Faire croire à tous que tout le japon est bien. Kyoto, hiroshima, fukuoka et okinawa. Et on a réussi. C’est ça le plus surprenant. On a réussi à leur faire gober que chaque ville valait le coup d’être visitée, valait le déplacement, l’achat d’un JR pass (sérieux, même le JR pass c’est nul). On a tellement été bon que tout le monde pense que le Shinkansen est mieux que le TGV !

Ne rigolez pas, il y en a qui le pense vraiment, c’est pas des blagues. On étaient des caïds de l’entourloupe.

okinawa, c’était nul

Mais ça ne s’est pas fait sans sacrifice.

Financier pour commencer. Avec un taux de change tout pourri de 170 yens pour un euro, on faisait pas les malins.

Et moral surtout. On ne ressort pas indemne d’un pays aussi nul. On laisse derrière soi une partie de son humanité. On ressemble plus à un automate, marionnette aux ficelles tirées par cette société de con, sans sommation. On était l’ouroboros, se mordant la queue alors qu’au fond de nous, on voulait hurler la vérité à ce monde qui nous avait envoyé à l’abattoir !

Les trois pires semaines de ma vie, vous pouvez en être certains.

Vous pensiez qu’après deux voyages, notre entourage était gavé ? Que nenni. C’est un mouvement perpétuel, ça ne s’arrête pas. Je ne compte plus les « tu repars quand ? ». Y repenser me brise suffisamment le cœur. Je devais trouver une solution pour m’en sortir. Un piège, une stratégie, un accident que sais-je !

Les solutions les plus simples sont souvent les meilleures. Qu’est ce qui est plus nul que le Japon mais que les gens achètent volontier ? Une voiture. Je me suis endetté en achetant une voiture. C’était idéal. Je me fondais à la fois dans la masse populaire donc pas de déception dans mon entourage et en même temps, sans le sous, impossible d’être envoyé au goulag !

Mais je suis pas fort en calcul et bien malgré moi, j’en remboursé ce crédit beaucoup trop vite ! God damn it ! On est déjà en 2010 et la nouvelle s’est répandu comme une trainée de poudre. Cette voiture totalement nulle était devenue un boulet inutile. Elle ne me coutait pas assez cher pour empêcher un autre voyage.

Merde, mais je resisterai. Je ne suis plus faible. J’ai muri, je peux faire face à tout !

Quel con… comme si je n’étais réellement plus faible… Il a suffit que la machine commerciale me mette sous le nez 3-4 jupettes d’idols mineures pour que je reconsidère mon refus catégorique. Après tout, le pays avait pu changer en 2 ans. Le changement, c’est maintenant ! Je veux y croire. Je peux y croire de nouveau ! Yes we can ! Le pays sera génial, tout sera différent cette fois, neuf, amélioré sur tous les points, j’en suis certains !

Je ne suis pas le seul à avoir cette conviction profonde. Je pars accompagné et nous retrouverons d’autres adeptes sur place. La vision d’une jupette frivole, légère, aérienne au grés d’une chorégraphie chaloupé nous a maintenu dans l’illusion quelques temps. Il faut dire que la perte de sang par vidange nasal ne nous a pas aidé à avoir l’esprit très clair.

Mais l’argent a un effet revigorant qu’on ne soupçonne pas ! Moins on en a, moins on dépense pour voir des culottes d’adolescentes et plus on est conscient de la nullité de ce pays !

« Merde ! merde merde merde ! Les mecs, je crois que les culottes, c’était encore un piège ! Ce pays a trouvé notre point faible et nous, on s’est fait blouser ! » Ne pas être seul face à cette réalité aiguisée ne m’a pas vraiment aidé. Être un con ou être un groupe de cons, quelle différence ? On en est pas moins con n’est ce pas ?

On a beau savoir que c’est un piège, on retourne quand même avec le sourire voir des jupettes/culotte d’idols presque tous les jours, avant de retomber dans la dépression post concert. Ce petit jeu a duré trois semaines. Le japon avait encore une fois gagné et nous avait délesté de nos économies. Ce pays est indubitablement nul mais on ne peut pas lui enlever que, niveau stratégie et entourloupe, il place la barre très très haute.

Revenir de voyage pour parler Pantsu et seifuku, ça aurait du me couper une bonne partie de ma vie sociale, me ranger dans la case « détraquer » ou « pervers ». A croire qu’on vit dans un monde très étrange car il n’en fut rien. J’ai même attiré un nouveau public, intéressé par la démarche « artistique » que représente le mouvement aléatoire des tissu dans le milieu de la musique.

Je le voyais trop venir ce coup de pu**. 3 fois ça suffit nan ? Ils allaient pas me forcer à y aller une 4ème quand même. Je vais finir par leur dire la vérité, même si pour cela je dois me décridibiliser aux yeux de tous !

Avant d’en arriver la, j’ai une dernière carte à jouer. Si ça foire, je suis mal. Ma carte spéciale porte le nom de « chinois de corée ». Plutôt que d’aller voir les chinois du japon, j’irai voir les chinois de corée !

Sans rentrer dans les détails, les chinois de corée sont aussi sournois que les chinois du japon, et en plus ils sont en plastique. Pas besoin de préciser que c’était très nul aussi. Pourquoi tous les pays asiatiques sont d’une nullité affligeante ? Ca prouve encore une fois la surpuissance de l’occident face à l’asie !

les chinois de corée, nul bien sur.

En rentrant de corée, je me doutais de rien. J’avais pas peur en avion avant de vivre ce qui m’est arrivé. C’est le moyen de transport le plus sur après tout. Maintenant, je redoute l’avion. Le vol s’est très bien passé. Pas de turbulence, personnel agréable et temps de vol plutôt court. Je descend de l’avion, vais à la douane. « Tiens, on dirait un chinois du japon » me dis-je. Je vais récupérer ma valise, sort de l’aéroport et me prend en pleine face ce que je ne pouvais même pas redouter, même dans mes pires cauchemars !

J’étais au Japon ! Comment ça a bien pu arrivé ? Je regarde mon billet et m’aperçois qu’il s’est dupliqué, pour donner naissance à un autre billet de retour en france deux semaines plus tard. J’étais coincé pour de bon dans ce pays si nul !

Je ne m’explique toujours pas ce qui s’est réellement passé. Le japon aurait-il une conscience propre qui agit sur le monde et joue avec le destin des gens ? Suis-je devenu sa chose, son jouet ?

Et suis-je assez bête pour croire les explications sans queue ni tête de mes compagnon de l’année passé, présent eux aussi ? L’un se serait fait enlever par une idole zombie, l’autre répête la même phrase inlassablement (« elle m’aime »), un troisième a succombé à l’hypa pouvoir de trois sirènes. Et je ne parle même pas de celui qui aime les vieilles. Ce qui me désole le plus, c’est de voir la jeunesse, certes loin d’être innocente, s’être fait avoir à son tour. Drôle de groupe que voila. Victimes innocentes d’un pays qui veut leur argent. Et il l’a eu notre argent. Il en a trop eu à mon goût même.  Foutu pour foutu, autant aller voir des culottes.

Mais on s’en est sorti, vaillamment, dignement, la tête haute ! Toujours en cachant au monde qu’on s’était fait avoir par ce pays si nul !

Toutes ces avantures, ces expériences, ces traumatismes m’ont profondément changé. Comment pourrait-il en être autrement après tout. Je suis tombé dans un cercle vicieux. La spirale infernal qu’a créé le japon est tellement forte qu’il est impossible d’y échapper. Il mettra toujours quelque chose, quelqu’un sur ma route pour me duper.

Duper pour duper, j’ai décidé d’arroser l’arroseur. Tu veux que je vienne ? Tu me veux tant que ça ? Très bien, prends moi alors ! Mais ne sois pas étonné si demain ton règne s’achève, Japon ! Je viendrai un an ! Je te donne un an de ma vie et pendant cette année, je crierai au monde entier que le japon, c’est de la merde ! Ta censure, ta mesquinerie, tes mensonges et tes tromperies n’auront plus d’effet quand la pointe de mes mots émoussera la cuirasse de ta perfidie ! Ton chateau s’écroulera en même temps que ton monde et tu ne pourras t’en prendre qu’à toi même. Toi et ta nullité !

C’est mon centième article.

Il était temps que les choses soient claires. Si vous ne l’aviez pas compris avec les 99 articles précédents, c’est maintenant chose faites. Ne venez pas au japon. Ne venez pas voir ces beaux paysages, gouter à sa fabuleuse cuisine, découvrir cette incroyable culture, vivre cette totale immersion en terre inconnue. Ne Pensez même pas à la qualité de vie qui y règne, aux services hors du commun qu’il y a, à la politesse, la droiture et au charme de ses habitants. Ne cherchez pas non plus le coté décalé, fun, drôle, clinquant et brillant de l’autre japon, celui d’aujourd’hui.

Ne faites rien de cela car encore une fois, tout ça est particulièrement nul !

Et si vous prenez tout ce que je dis au sérieux, vous êtes un con.

Bon 100ème article à vous :)

On se retrouve pour le 200 ème dans 5 mois si tout va bien.

J’ai au passage rangé le bordel qu’était devenu ce blog avec des catégories plus explicites où chacun pourra trouver facilement ce qu’il cherche.

J’en profite pour communiquer l’adresse de ma chaine youtube avec plein de playlist et de vidéo sur le japon, la corée, quelques concerts ainsi les conneries que je fais avec mes amis en france.

Chaine youtube

ps : rien a voir avec le japon mais j’en profite d’être chez moi pour faire ce que je veux. Deux amis ont formé un groupe, MotifAZ. Ils viennent aussi de sortir leur premier clip, qui mérite d’être vu et d’être partagé. Mais partagez le seulement si vous aimez bien sur, n’allez pas fausser les stats.
C’est par la que ca se passe pour le clip : MotifAZ – Chimères

Bonne chance à eux en tout cas car si le japon est une passion pour moi, la musique est une passion pour eux. Le monde de la musique peut vite être un beau bordel alors, qu’ils arrivent à faire ça par leurs propres moyens, j’applaudis des deux mains !

18 Réponses

  1. Décidément tu ne présentes que des trucs nuls ! Jusqu’à faire de la pub pour un groupe de musique nul !

    En plus tu parles même pas japonais ! Tssss… J’suis sûr que tu touches même pas de thunes grâce à la pub sur ce blog. Trop nul quoi ! J’me suis dit « Ça va, il doit préparer un livre sur le sujet et une interview chez Cyril Hanouna »
    Quenini t’es une p’tite merde de banlieue parisienne au chômage qui n’a aucune ambition !

    Je remettrai plus jamais les pieds sur ce blog ! Sauf pour voir si tu continues à dire de la merde, haha !!!

  2. tu vas avoir des problèmes toi, je te le dis, les ennuis vont arrivés, ne viens pas te plaindre après….

    happy 100 ème

  3. A chier cet article, d’ailleurs mon avocat doit t’écrire où pour l’utilisation de mon image à des fins non-commerciales ?

    • il peut m’envoyer un texto si il veut. T’as mon numéro de toute façon ^^

  4. Le chat fait peur.

    • le chat fait peur. Tu fais peur. Tu es un chat. Les chats sont des connards. T’es un connard. CQFD

  5. Enfin de la vérité vraie.

  6. « une sorte de tenia rampant dans l’intestin mental de mes proches amis », quel homme, quel poète *_*.

    C’est bien que tu te rendes compte maintenant que le Japon c’est nul, comme ça tu vas pouvoir rentrer en France. C’est tellement mieux ici.

    Sinon, je ne suis pas très heureux d’apparaître sur ce blog, ça n’en fait que renforcer sa laideur.

    • cette laideur renforce le propos ! Quand a rentrer en france, l’heure n’est pas venue. Je dois encore désenfumer l’esprit perverti du monde !

  7. T’as pas de couilles mon ami ! Va jusqu’au bout des choses, et dit la vérité suprême : Dieudonné est mieux que le Japon !!!

    Sinon, je crois que je me suis fait avoir : J’ai passé 15 jours de merde en Corée, à bouffer des plats fades. Séoul, tu fais le tour en une journée si tu va lentement. Je parle même pas de Busan, qu’est ce que c’est que cette mer pleine de sel ? Je parle même pas des transports de merde dont on ne sait même pas de quand ils datent (le 23è pour la France ?)

    Bref, Albatruc, tu m’a juré que non, le Japon c’était mieux, que les jupettes et les Idols couraient les rues en quête d’occidental à marier. J’ai pris mon billet, même si je t’aime pas je pouvais te supporter contre ces promesses. Je m’aperçoit maintenant que toutes tes photos n’étaient que photomontages ! Ordure !!!!

  8. pa mal comme article , je te retrouve bien la . La ou je suis mort de rire limite a m’en pisser dessus , c’est le passage ou on se fait avoir par les culottes . Ca me fait penser a nicky larson , le gros pervers qui se retient pas devant une belle femme en jupe ou en decollete hihihi

  9. Oui, on sait que le Japon c’est de la merde ! C’est pour ça que je n’ai pu m’empêcher d’y aller pendant 1 mois et demi en 2013 (Août-Septembre) ! Un paradis.
    Perso, je savait que les reportages que j’avais vu dessus avant ne disaient pas forcément la vérité, mais je n’ai pas été dépaysé par la différence entre médias / réalité.

  10. humourMeilleur

    je savais car les japonais me ressemblent comme tu avais écris ce que j’ai lu. ils sont énormenement bouffon ! pour communiquer qui ne trouve pas drôle à cause de respecter de l’ humour. non mais, ils ne seront JAMAISSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS heureux. c’est dommage pour lui quand ils seront mort et ils n’ ont pas plein des truc de drôle pour rêver .pauvre con… les japonais…

    • Ah ouais, en fait t’as rien compris… En même temps, on comprend pas non plus quand t’écris.

  11. william Nicolas PIERRE

    Moi j’ai sejourné au Japon pendant huit 8 mois j’avoue que ces un pays de vieux et plutot bizarres ces gens.

Laissez un commentaire